Heritage

 

Les « Scuole Grandi » à Venise

Reconnues comme d’importantes institutions sociales de la Sérénissime, la Scuola de Santa Maria della Misericordia, ainsi que celles de San Marco, San Rocco, San Giovanni Evangelista, Santa Maria della Carità, San Teodoro et dei Carmini constituent les sept « Scuole Grandi » de Venise qui accueillaient surtout l’élite des citoyens.

Nées au Moyen-Âge comme phénomène laïque de dévotion et de solidarité, les « Scuole Grandi » jouèrent un rôle fondamental dans le tissu social, politique et religieux de la République de Venise. Au XVIe siècle, elles atteignirent un tel niveau de richesse et d’influence dans la communauté qu’elles furent intégrées au contexte social de la Sérénissime, jouant un rôle de premier plan lors des cérémonies d’état.

Les legs, les donations et les cotisations des membres favorisèrent le développement des confréries, mais les finalités religieuses ne furent jamais abandonnées. Les revenus furent utilisés pour financer des œuvres de charité : hôpitaux, maisons pour les confrères, distribution de biens de service furent seulement quelques-unes des actions caritatives des Scuole qui devinrent un système de garanties sociales pour les citoyens.

 

 

La Scuola Vecchia

Le siège d’origine de la Scuola fut édifié dans un style gothique à partir de 1308 sur le Campo dell’Abbazia, où il se trouve encore aujourd’hui. La position sociale complexe des Scuole, comme représentantes d’une classe active et riche mais sans pouvoir, déplaçait la question sur le langage architectonique. Les membres de la Confrérie exprimèrent dès le début de grandes ambitions architectoniques pour le projet : un majestueux édifice qui diffuserait leur image au-delà des limites de la ville, non seulement en Italie, mais aussi dans toute la chrétienté. Agrandie plusieurs fois au cours du siècle, c’est à la fin du XVe siècle que la Misericordia décida pour la première fois de déplacer son siège, afin de mettre à disposition de ses membres, toujours plus nombreux, un lieu plus grand et plus prestigieux. Au début du XVIe siècle, le projet d’Alessandro Leopardi fut choisi, mais la Sérénissime connut un coup d’arrêt après la défaite d’Agnadello (1507) et le chantier ne reprendrait que vingt ans plus tard.

 

 

Jacopo Sansovino et la Scuola Nuova

Arrivé à Venise après le Sac de Rome, l’architecte et sculpteur florentin Jacopo Sansovino remporta le projet pour la construction de la « Scuola Nuova », notamment grâce à l’estime que lui portait Andrea Gritti. Le Doge voyait en lui l’homme en mesure de réaliser son projet de restauration architectonique de la cité lagunaire. Le projet connut obstacles et hésitations, et l’édifice resta inachevé. Commencée en 1532, l’imposante structure quadrangulaire est fortement influencée par le classicisme romain que le grand architecte avait connu grâce aux œuvres de Bramante, Raphaël et Sangallo. Sansovino réussit à donner une grande harmonie à l’ensemble : il conçut l’intérieur en s’inspirant des basiliques romaines, tout en respectant le modèle traditionnel des institutions de dévotion vénitiennes. L’intérieur, seulement achevé après la mort de l’auteur, était décoré d’œuvres d’art dignes de l’importance de la Scuola Grande vénitienne. Véronèse, Zanchi, Lazzarini, Pellegrini, sans oublier Domenico Tintoretto, fils du célèbre Tintoret, furent seulement quelques-uns des noms qui signèrent les décorations d’un édifice qui conserve encore aujourd’hui son attrait et son prestige d’origine. Il existe également quelques dessins attribués à Palladio qui, pense-t-on, représentent la Scuola Grande della Misericordia.

 

 

La Misericordia à l’époque moderne

L’histoire complexe de la Scuola Grande della Misericordia se poursuit au cours des siècles suivants. Restée inachevée à la mort de Sansovino, la « construction » sera inaugurée seulement en 1583. Les interventions pour compléter l’édifice continuèrent pendant près de 200 ans. La chute de la Sérénissime contraignit les confrères à abandonner le siège. À partir du début du XIXe siècle, la Scuola eut différentes utilisations : elle devint tout d’abord une caserne militaire, puis un entrepôt et enfin elle servit d’Archive d’État.

À partir de 1914, elle devint le centre de l’activité pédagogique et sportive de la société Costantino Reyer qui, malgré de nombreuses difficultés logistiques, la transforma en temple du sport vénitien. La relation singulière entre la Scuola Grande et la société Reyer s’exprima surtout dans le basket-ball, un sport qui, avant de se développer en Italie, arriva d’abord à Venise. Il finit au fil du temps par caractériser l’identité de la société et les espaces de la Misericordia durent s’adapter à lui. Le premier étage de l’édifice, avec le terrain de jeu et ses célèbres tribunes en bois, fut considéré comme l’un des temples du basket, non seulement car il fut le théâtre d’épiques batailles, mais également par le caractère exceptionnel de ses espaces. Le siège du Gymnase Reyer se trouva à la Misericordia jusqu’en 1991, quand la Ville de Venise confia à Giovanni Battista Fabbri la restauration de l’édifice qui ne fut jamais terminée. Les travaux se terminèrent seulement en 2015 grâce à un nouveau projet de restauration de la Scuola Grande signé par l’architecte Alberto Torsello.

 

1508

Début des travaux selon le modèle d’Alessandro Leopardi

1509

La défaite d’Agnadello ralentit le chantier qui reprendra à plein régime seulement vingt ans plus tard, avec l’arrivée à Venise de Jacopo Sansovino.

 

1531

De nouveaux projets de Jacopo Sansovino, Pietro Vido, Guglielmo dei Grigi et Giovanni Maria Falconetto sont examinés et le modèle de Leopardi, entre-temps décédé, est de nouveau examiné et discuté. Le dessin de Sansovino est choisi.

 

 

1532

Débuts des travaux.

 

 

1570

La Scuola della Misericordia n’a encore pas de toit, de sol au premier étage ni de grand escalier. En raison de difficultés financières, elle fusionne avec sa voisine, la riche Scuola di San Cristoforo dei Mercanti della Madonna dell’ Orto. Jacopo Sansovino meurt la même année.

 

 

1581

Dans son guide de Venise, Francesco Sansovino (fils de Jacopo) affirme que la Scuola Grande della Misericordia est considérée par ses contemporains comme l’un des plus beaux et des plus importants édifices de la ville.

 

 

1583

Le Doge Nicolò da Ponte inaugure la Scuola della Misericordia

 

 

XVII siècle

Les murs de la salle du premier étage de la Scuola sont décorés par Paul Véronèse.

 

 

1665

Réalisation du monumental arc de la porte d’entrée dans la salle supérieure

 

1701

Le modèle d’Antonio Viviani est choisi pour décorer l’autel de la Scuola Grande

 

1726

Restauration de l’Hôtel.

 

1780

Restauration du plafond et du sol de la salle du rez-de-chaussée, mais le plafond se révèle dangereux

 

 

1797

Chute de la Sérénissime. Lodovico Manin, dernier doge de Venise, meurt quelques années plus tard.

 

1806

La Scuola est supprimée par les lois napoléoniennes et devient un local militaire

 

1815

Le sol en marbre est déplacé dans la Libreria Marciana. L’édifice devient un entrepôt de liquide et ne peut pas être restauré par manque de fonds

 

 

1831

Projet de transformation de la Scuola della Misericordia d’entrepôt militaire en hôpital provisoire.

 

1848

La République Vénitienne démocratique, présidée Daniele Manin, est constituée lors de l’Unité italienne, mais la République ne dure pas, car l’année suivante les Autrichiens entrèrent dans Venise. La Scuola continue d’être un bâtiment militaire.

 

1869

La Scuola est utilisée comme entrepôt par la firme Jacob Levi et fils.

 

1899

La ville achète à prix réduit au service du Domaine l’édifice appelé de manière inappropriée « ancienne église de la Misericordia ».

 

1914

Le premier étage de l’édifice devient le siège de la société sportive Reyer.

 

1927

À l’occasion d’un hommage à Jacopo Sansovino, les ajouts internes de la Scuola Grande sont supprimés et la Scuola devient un édifice historique. L’intervention sera de brève durée. En effet, la même année l’étage inférieur sert de dépôt aux Archives Municipales

 

1952

La Scuola della Misericordia est déclarée site d’intérêt artistique particulier aux termes de la loi du 1er juin 1939 n°1089

 

1976

Dernière partie de l’équipe Reyer à la Misericordia

 

1987

La Surintendance lance les travaux de restauration du rez-de-chaussée, du premier étage, des combles et du grand escalier.

 

1991

L’activité sportive Reyer dans les locaux de la Scuola cesse définitivement et la Ville confie le projet de restauration de l’édifice à Giovanni Battista Fabbri.

 

 

1999 – 2003

La Ville effectue quelques travaux structurels sur l’édifice.

 

2008

La Ville lance le Financement du Projet qui est remporté par la société S.M.V. fondée par Luigi Brugnaro, ancien président de la Confindustria.

 

 

2015 – 2016

La Société S.M.V. termine les travaux de restauration de l’architecte Alberto Torsello

 

23 avril 2016

Inauguration de la Scuola Grande della Misericordia